...démons à la souche

Réformer... réformer... Les politiques n'ont que ces démons à la souche. Ils se succèdent et ne savent appliquer que les mêmes menaces, n'ayant aucune vison de la société future. Or, faut-il se contenter de réformer ou être en rupture avec le passé et avoir le courage de draguer la radicalité des choses... rompre avec ce monde ? Car, les réformes se suivent et se rassemblent, dépossédant davantage le prolétarien exsangue, au profit absolu du bourgeois. S'il est des réformes à accomplir, alors il faut réformer ce foutu capitalisme nous entraînant par le fond, et ses gardes chiourmes que sont les politiques, afin que le peuple étrenne enfin son pouvoir et décide par lui-même de son sort. S'il nous faut une rupture, alors il faudra déposséder et exproprier le spoliateur (la priorité, autrement dit le capital, étant le vol...), rompre avec le capitalisme étatique et ces états délétères.