...porte en elle le mensonge

La philosophie est devenue tout. La poésie n'est plus rien. Or, la philosophie porte en elle son mensonge : le sophisme de la vérité. Mais, comme l'univers est infini : sans début ni fin, il n'y a pas de vérité, celle-ci nécessitant un début et une fin. L'esprit humain ne parvenant pas à l'appréhender ou à s'appréhender sans vérité, les charlatans que sont les philosophes lui en inventent une et viennent combler ce vide au pendant des religieux (pour l'un, la vérité est en ce monde ; pour le second, elle est extérieure au monde...) que la nature elle-même ne saurait aimer... dont la nature humaine. La poésie s'affranchissant de vérité ou de besoin de vérité est ainsi niée sinon déniée, alors qu'elle seule devrait être et débarrasser l'homme de la philosophie jusqu'à l'annihiler.
La poésie échappe où la philosophie tente de l'attraper.